OPEN FRAME

25.02 — 12.06.2011

Cette exposition collective est principalement constituée d’images fixes et en mouvement qui abordent les notions d’enfermement et de frontières sous un angle très large.

 

Son titre - Open Frame - contient volontairement une contradiction et renvoie au hors cadre, ou au hors champs, spécifique aux oeuvres choisies, s’inscrivant toutes dans un souci de questionnement et d’ouverture du regard que l’on porte sur nos sociétés aujourd’hui. On pourrait en effet parler d’un souci contemporain à produire des images, qui s’inscrivent dans ce qu’Olivier Lugon a nommé « le style documentaire ». Ici, c’est principalement la place laissée au spectat [...]

Son titre - Open Frame - contient volontairement une contradiction et renvoie au hors cadre, ou au hors champs, spécifique aux oeuvres choisies, s’inscrivant toutes dans un souci de questionnement et d’ouverture du regard que l’on porte sur nos sociétés aujourd’hui. On pourrait en effet parler d’un souci contemporain à produire des images, qui s’inscrivent dans ce qu’Olivier Lugon a nommé « le style documentaire ». Ici, c’est principalement la place laissée au spectateur, le souci de ne pas enfermer son regard dans l’image reproduite, qui fait sens et réuni les artistes invités pour ce projet collectif en mouvement (présenté en deux séquences : 25 février- 10 avril / 22 avril-12 juin). Qu’il s’agisse d’oeuvres ayant recours à la métaphore, à la fictionnalisation ou à la dilatation du temps, toutes tiennent leur sujet à distance et évitent le pathos ou le sentimentalisme. Par cette diversité de regards, l’exposition OPEN FRAME sort des cadres établis pour venir titiller en nous les limites intimes de notre propre perception du monde, et plus largement encore, les frontières que l’homme érige à l’intérieur comme à l’extérieur de lui même. Les notions d’enfermement et de frontières sont traitées tout autant comme un fait physique lié au corps enfermé, qu’en tant que métaphore liée à des questions politiques, à l’histoire, à la sociologie, à l’esthétique, à l’urbanisme contemporain, à la société de consommation, etc. voire même à la représentation personnelle et subjective parfois sclérosante faite à la lecture d’une image quelle qu’elle soit.

Exposition réalisée en collaboration avec le Centre de la Photographie Genève et la HEART (Haute Ecole d’Art) de Perpignan, La Fondation Suisse pour la Photographie de Winterthour pour Kurt Caviezel.


Vue d'exposition

En relation