LA REVANCHE DE L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE

04.06 — 31.07.2010

LA REVANCHE DE L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE, une exposition conçue par Joerg Bader, constituera le coeur du festival des 50JPG et aura lieu du 4 juin au 31 juillet 2010.

Elle réunira une trentaine d’artistes venant de tous les horizons et se tiendra au Centre de la Photographie Genève (CPG) – Bâtiment d’art contemporain. Deux raisons principales liées aux archives ont permis à la photographie, qui n’était qu’une esclave de l’histoire de l’art, fidèle reproductrice de peintures et de sculptures reléguée dans la cave, d’accéder à l’étage noble du musée des beaux-arts. D’une part, les artistes des avant-gardes historiques ont ut [...]

Elle réunira une trentaine d’artistes venant de tous les horizons et se tiendra au Centre de la Photographie Genève (CPG) – Bâtiment d’art contemporain. Deux raisons principales liées aux archives ont permis à la photographie, qui n’était qu’une esclave de l’histoire de l’art, fidèle reproductrice de peintures et de sculptures reléguée dans la cave, d’accéder à l’étage noble du musée des beaux-arts. D’une part, les artistes des avant-gardes historiques ont utilisé, dans leur élan de transformation de la société et de la vie, la photographie comme un médium qui pouvait toucher, via les mass-médias, un public plus large que celui de l’art. Nombre de leurs protagonistes, tels que Hannah Höch, Laslo Moholy-Nagy ou Alexander Rodchenko, parmi d’autres, cultivaient secrètement des archives de photographies. D’autre part, le musée des beaux-arts a commencé à mettre en valeur des oeuvres de photographes qui aspiraient par leurs documents photographiques à la constitution d’archives. Eugène Atget est le premier de cette lignée. Son travail d’inventaire du Vieux Paris fut mis en valeur par les Surréalistes à la fin des années 1920 et servit de modèle à Walker Evans et Berenice Abbott. “L’inventaire” de la population allemande sous la République de Weimar par August Sander fut, dans l’après-guerre, un exemple notamment pour Bernd et Hilla Becher. Tous ces photographes étaient engagés dans ce que Walker Evans appelle le “style documentaire”, dont l’une des caractéristiques est justement l’ambition de constituer une archive. Aujourd’hui, la nature de l’archive photographique intéresse un nombre croissant de photographes et d’artistes. Face à l’avalanche de photographies produites quotidiennement, de plus en plus de producteurs d’images deviennent des archivistes-iconographes. LA REVANCHE DE L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE fait le point sur ce champ infiniment riche en étroite résonnance avec la “Visual Culture”. En considérant la période des années 1970, avec par exemple Christian Boltanski ou Bernd & Hilla Becher, jusqu’à nos jours, elle renoue avec l’esprit des avant-gardes et montre des propositions qui s’inscrivent toutes de près ou de loin dans un art politique et dans une politique de l’art. LA REVANCHE DE L’ARCHIVE PHOTOGRAPHIQUE dépasse le cadre d’une exposition conventionnelle de photographie . Elle propose non seulement un élargissement du champ de l’art contemporain, en incluant des positions de militantisme politique, d’anthropologie ou de photoreportage et montre également les productions photographiques sous leurs angles les plus divers en mettant en avant des modes de présentation qui ne se limitent pas qu’au tirage vintage sous verre et marie-louise.

 


Soutiens

Avec le généreux soutien de(s) partenaire(s) suivant(s)

Vue d'exposition

En relation