Angela Marzullo
FEMINIST ENERGY CRISIS

27.01 — 12.03.2017

Dès ses premières œuvres, Angela Marzullo (*1971 Zurich, vit et travaille à Genève) n’a cessé d’explorer le féminisme non seulement comme un fil conducteur de son art, mais de sa vie tout court à l’instar des avant-gardes qui ne connaissaient pas de séparation entre les deux.

Vernissage le jeudi 26 janvier dès 18h

Nocturne gratuite le vendredi 27 janvier, de 18h à 21h dans le cadre des Portes ouvertes du Quartier des Bains

Les 28 premiers jours de l’exposition, le public pourra assister au work-in-progress “L’Origine”, sous forme d’une performance quotidienne de l’artiste, à 11h, dans l’espace d’exposition.

Rencontre / Brunch le samedi 4 mars à 11h
Avec Angela Marzullo, Barbara Polla (galeriste, auteure et curatrice) et Sophia Djitli (chercheuse en études de genre)

Avec son alter ego, Makita, l’artiste endosse tour à tour le rôle de l’intellectuelle féministe, de la sorcière, ou encore celui de la mère de famille engagée politiquement. L’exposition au CPG permettra au public de découvrir de nouveaux travaux photographiques qui soulignent la place du médium dans son processus conceptuel et sa pratique performative. L’exposition fait écho à celle de Manon au CPG en 2015, considérée aujourd’hui comme la pionnière de l’art de la per [...]

Avec son alter ego, Makita, l’artiste endosse tour à tour le rôle de l’intellectuelle féministe, de la sorcière, ou encore celui de la mère de famille engagée politiquement. L’exposition au CPG permettra au public de découvrir de nouveaux travaux photographiques qui soulignent la place du médium dans son processus conceptuel et sa pratique performative. L’exposition fait écho à celle de Manon au CPG en 2015, considérée aujourd’hui comme la pionnière de l’art de la performance en Suisse, une génération avant celle d’Angela Marzullo.


Soutiens

Avec le généreux soutien de(s) partenaire(s) suivant(s)

Fiche d'artiste

Angela Marzullo * 1971 à Rümlang, vit à Genève

Le travail de Angela Marzullo combine la photographie, vidéo et performance, explorant des problématiques féministes, au coeur de ses préoccupations artistiques. En 2010, elle est sélectionnée pour une résidence d’artiste à l’institut Suisse de Rome. A cette période, elle produit un court métrage expérimental, Concettina,  basé sur les lettres de Pier Paolo Pasolini, avec pour actrices principales deux jeunes filles. Elle a participé à de nombreux festivals, Who’s Afraid of Performance Art? le commun à Genève en 2011, Eternal Tour, Khalil Sakakini Center à Ramallah et Mapping Festival à Genève en 2010, ou encore au Point Impact Performance Festival et à la Biennale D’Image en Mouvement à Genève en 2007. En 2010, son travail a été présenté à l’exposition Imagining Equality: Women’s Art and Activism à la Guggenheim Gallery de Los Angeles, à l’Institut Suisse de Rome et à Forde, Genève.

En relation