Fiche d'artiste


Éva et Franco Mattes * 1976 à Italie, vit à New York

Pour BEFNOED - “By Everyone For No One Every Day” - Eva et Franco Mattes ont transmis des instructions détaillées pour réaliser des performances webcam à des travailleurs anonymes. Engagés via une plateforme de crowdsourcing, les artistes ne savent pas qui sont ces trevailleurs, ni où ils sont, ni quelles sont leurs motivations. On trouve les origines du crowdsourcing, ou production participative en français, en 1999, lorsque le SETI, Search for Extra-Terrestrial Intell [...]

Pour BEFNOED - “By Everyone For No One Every Day” - Eva et Franco Mattes ont transmis des instructions détaillées pour réaliser des performances webcam à des travailleurs anonymes. Engagés via une plateforme de crowdsourcing, les artistes ne savent pas qui sont ces trevailleurs, ni où ils sont, ni quelles sont leurs motivations. On trouve les origines du crowdsourcing, ou production participative en français, en 1999, lorsque le SETI, Search for Extra-Terrestrial Intelligence, lance SETI@home, programme où chacun ayant un ordinateur à la maison peut aider à trier les datas du radio télescope Arecibo, le résultat étant l’ordinateur le plus puissant de l’époque. D’ici 2020, 83% des entreprises dans le monde feront appel au crowd labor, cette main d’œuvre en croissance exponentielle et totalement dérégularisée. Les plateformes de crowdsourcing relaient des appels d’offres prenant la forme de concours. Sur cinquante personnes qui tentent leur chance, seule une sera rémunérée, à bas coût et au détriments des professionnels du métier concerné. Les autres auront travaillé pour rien ! Et c’est ainsi que le secteur numérique ne peut étendre ses bénéfices qu’avec l’aide d’une main d’œuvre très bon marché : Tous les utilisateurs du web global qui offrent ces services revendables ou non, constituent une généralisation du travail gratuit ou d’esclavagisme digital plus proche du Moyen Âge que de l’utopie de la libération des travailleurs par l’automatisation des tâches. Pour l’installation de BEFNOED, les moniteurs sont réglés dans des arrangements atypiques : Ils sont montés l’un contre l’autre ou situés à quelques pieds au-dessus du sol. Afin de regarder la vidéo, les spectateurs, contraints à des positions inconfortables et bizarres, deviennent en quelque sorte des performeurs dans l’espace. Regarder des personnes payées pour performer et divertir, les transforme eux-mêmes en sujets.

Eva et Franco Mattes (*1976, Italie, vivent et travaillent à New York). Leur médium est une combinaison d’internet, de vidéos et d’installations. Ils explorent les problématiques éthiques et morales qui apparaissent lorsque les gens interagissent à distance, spécialement via les réseaux sociaux, créant des situations où il devient difficile de distinguer le réel d’une simulation. Leurs œuvres ont été vues dans de nombreuses institutions incluant le Museum of Contemporary Art, Chicago; Biennale für aktuelle Fotografie of Mannheim; Yokohama Triennale; Biennale of Sydney; Whitechapel Gallery, London; Hammer Museum, Los Angeles; Sundance Film Festival; MoMA PS1, New York; Performa, New York; New Museum, New York ou également la Biennale de Venise en 2001. Eva et Franco Mattes sont représentés par les galeries Postmasters à New York et Carroll/Fletcher à Londres.

Photographie : Eva et Franco Mattes, BEFNOED, 2014

En relation