JULES SPINATSCH
TABLEAU D’ÉCLATS

28.01 — 01.02.2015

Le Centre de la photographie Genève est très heureux de présenter à Art Genève le dernier travail de Jules Spinatsch au titre énigmatique : Tableau d’Éclats / L’Éclat c’est moi.

ARTGENÈVE / Stand D19, hall 2

Loin de faire référence à la lumière ni même aux Lumières, Tableau d’Éclats traite de manière allégorique un sujet à l’opposé même du souhait des Lumières qui était de former l’opinion publique sur une base rationnelle. L’artiste se réfère à un texte édité en 1989 par Helmut Moser au titre non démuni d’humour (noir) : « L’Éclat, c’est moi » suivi du sous-titre, « Au sujet de la fascination pour nos scandales ». Le politologue observe que dans nos « dé [...]

Loin de faire référence à la lumière ni même aux Lumières, Tableau d’Éclats traite de manière allégorique un sujet à l’opposé même du souhait des Lumières qui était de former l’opinion publique sur une base rationnelle. L’artiste se réfère à un texte édité en 1989 par Helmut Moser au titre non démuni d’humour (noir) : « L’Éclat, c’est moi » suivi du sous-titre, « Au sujet de la fascination pour nos scandales ». Le politologue observe que dans nos « démocraties », dont la presse devait constituer le quatrième pilier, les mass-médias participent de moins en moins à une formation rationnelle de l’opinion publique. Au contraire, ils interviennent par la « révélation » de scandales. Helmut Moser a observé les mécanismes de leur traitement et a identifié 7 stades dans le déroulement de leur irruption dans le paysage politique (révélation, publication, attaque, défense, dramatisation, identification négative et dégradation du statut).

Mais Jules Spinatsch n'illustre pas les propos du sociologue. L'artiste a tout d'abord photographié des irruptions boueuses en Islande. En analysant les images de liquide visqueux pour établir une sorte de langage visuel, il décide de l'accrochage en 7 catégories et trouve le titre Tableau d'Éclats pour l'ensemble et L'Éclat c'est moi, pour les photographies individuelles. Convaincu qu'il ne doit pas être le seul à avoir trouvé ce jeu de mot, il tombe sur internet sur la publication du même nom du sociologue Helmut Moser, qui lui aussi applique à sa thèse, 7 catégories.

Le Centre de la photographie Genève va présenter les deux facettes de ce travail : 3 grandes photographies individuelles et en 7 séries, 112 photographies d’éruptions de boue volcanique, des petits blups d’apparence démunis d’échelle et donnant l'impression d'un accident, voir d'une catastrophe. Ces photographies circulaires, présentées en une grille linéaire, ne sont que la trace d’explosions permanentes se produisant quotidiennement sous nos pieds, à quelques kilomètres à l’intérieur de notre planète.


Soutiens

Avec le généreux soutien de(s) partenaire(s) suivant(s)

Fiche d'artiste

Jules Spinatsch * 1964 à Davos, vit à Zurich

Loin de faire référence à la lumière ni même aux Lumières, Tableau d’Éclats traite de manière allégorique un sujet à l’opposé même du souhait des Lumières qui était de former l’opinion publique sur une base rationnelle. L’artiste se réfère à un texte édité en 1989 par Helmut Moser au titre non démuni d’humour (noir) : « L’Éclat, c’est moi » suivi du sous-titre, « Au sujet de la fascination pour nos scandales ». Le politologue observe que dans nos « dé [...]

Loin de faire référence à la lumière ni même aux Lumières, Tableau d’Éclats traite de manière allégorique un sujet à l’opposé même du souhait des Lumières qui était de former l’opinion publique sur une base rationnelle. L’artiste se réfère à un texte édité en 1989 par Helmut Moser au titre non démuni d’humour (noir) : « L’Éclat, c’est moi » suivi du sous-titre, « Au sujet de la fascination pour nos scandales ». Le politologue observe que dans nos « démocraties », dont la presse devait constituer le quatrième pilier, les mass-médias participent de moins en moins à une formation rationnelle de l’opinion publique. Au contraire, ils interviennent par la « révélation » de scandales. Helmut Moser a observé les mécanismes de leur traitement et a identifié 7 stades dans le déroulement de leur irruption dans le paysage politique (révélation, publication, attaque, défense, dramatisation, identification négative et dégradation du statut).

Mais Jules Spinatsch n'illustre pas les propos du sociologue. L'artiste a tout d'abord photographié des irruptions boueuses en Islande. En analysant les images de liquide visqueux pour établir une sorte de langage visuel, il décide de l'accrochage en 7 catégories et trouve le titre Tableau d'Éclats pour l'ensemble et L'Éclat c'est moi, pour les photographies individuelles. Convaincu qu'il ne doit pas être le seul à avoir trouvé ce jeu de mot, il tombe sur internet sur la publication du même nom du sociologue Helmut Moser, qui lui aussi applique à sa thèse, 7 catégories.

Le Centre de la photographie Genève va présenter les deux facettes de ce travail : 3 grandes photographies individuelles et en 7 séries, 112 photographies d’éruptions de boue volcanique, des petits blups d’apparence démunis d’échelle et donnant l'impression d'un accident, voir d'une catastrophe. Ces photographies circulaires, présentées en une grille linéaire, ne sont que la trace d’explosions permanentes se produisant quotidiennement sous nos pieds, à quelques kilomètres à l’intérieur de notre planète.


Vue d'exposition

En relation