Philippe Durand
OFFSHORE – NOUS IRONS TOUS AU PARADIS FISCAL

23.05 — 17.08.2008

L’exposition présente les travaux photographiques réalisés par l’artiste Philippe Durand en 2007 aux Caraïbes . Elle s’inscrit dans la continuité de sa démarche artistique, à savoir, la représentation photographique des réalités socio-économiques contemporaines. Depuis 15 ans environ, son oeuvre photographique témoigne d’une part de son intérêt pour une photographie paradigmatique, une photographie qui traite de la photographie elle-même et d’autre part, pour le décalage entre l’image magnifiée par la publicité des signes et des objets produits par notre société de consommation capitaliste et leur fonctionnement réel.

L’exposition sera aussi présentée dans les lieux suivants :

Centre Photographique d’Ile-de-France, Pontault-Combault

du 22 septembre au 21 décembre 2008

Galerie Laurent Godin, Paris

du 27 novembre 2008 au 10 janvier 2009

 

Le projet OFFSHORE - NOUS IRONS TOUS AU PARADIS FISCAL - consistant à photographier la part invisible du capitalisme - est l'aboutissement de cette démarche. Aux Caraïbes, il passe de l'hypervisibilité du monde marchand à l'invisibilité complète des flux financiers. La plupart des clichés montrent ce que l'humanité, sous le règne du capitalisme, a fabriqué pour entrer dans notre champ de vision en tant que signe. Des autres photographies représentent des bourgades dans des paysag [...]

Le projet OFFSHORE - NOUS IRONS TOUS AU PARADIS FISCAL - consistant à photographier la part invisible du capitalisme - est l'aboutissement de cette démarche. Aux Caraïbes, il passe de l'hypervisibilité du monde marchand à l'invisibilité complète des flux financiers. La plupart des clichés montrent ce que l'humanité, sous le règne du capitalisme, a fabriqué pour entrer dans notre champ de vision en tant que signe. Des autres photographies représentent des bourgades dans des paysages tropicaux et luxuriants qui hébergent les chambres de compensation par où une grande partie de la richesse produite par le capitalisme mondial transite pour devenir invisible. En confrontant des façades kitsch et insignifiantes des banques offshore à la "marchandise-image", limousines, 4x4, yachts et en voiturettes de golf, Philippe Durand compense l'invisibilité de la finance noire par le régime d'hypervisualité du capitalisme régnant.

Tout en proposant un possible réalisme contemporain, Philippe Durand introduit une troisième composante dans sa série OFFSHORE: beaucoup de clichés représentent des voitures, bateaux où maisons, abandonnés, cassés ou rouillés. En introduisant une dimension entropique, Philippe Durand élargit sa critique de l'économie politique du signe et propose un art réaliste centenaire.


Soutiens

Avec le généreux soutien de(s) partenaire(s) suivant(s)

Fiche d'artiste

Philippe Durand * 1963 à Lyon, vit à Paris

Le projet OFFSHORE - NOUS IRONS TOUS AU PARADIS FISCAL - consistant à photographier la part invisible du capitalisme - est l'aboutissement de cette démarche. Aux Caraïbes, il passe de l'hypervisibilité du monde marchand à l'invisibilité complète des flux financiers. La plupart des clichés montrent ce que l'humanité, sous le règne du capitalisme, a fabriqué pour entrer dans notre champ de vision en tant que signe. Des autres photographies représentent des bourgades dans des paysag [...]

Le projet OFFSHORE - NOUS IRONS TOUS AU PARADIS FISCAL - consistant à photographier la part invisible du capitalisme - est l'aboutissement de cette démarche. Aux Caraïbes, il passe de l'hypervisibilité du monde marchand à l'invisibilité complète des flux financiers. La plupart des clichés montrent ce que l'humanité, sous le règne du capitalisme, a fabriqué pour entrer dans notre champ de vision en tant que signe. Des autres photographies représentent des bourgades dans des paysages tropicaux et luxuriants qui hébergent les chambres de compensation par où une grande partie de la richesse produite par le capitalisme mondial transite pour devenir invisible. En confrontant des façades kitsch et insignifiantes des banques offshore à la "marchandise-image", limousines, 4x4, yachts et en voiturettes de golf, Philippe Durand compense l'invisibilité de la finance noire par le régime d'hypervisualité du capitalisme régnant.

Tout en proposant un possible réalisme contemporain, Philippe Durand introduit une troisième composante dans sa série OFFSHORE: beaucoup de clichés représentent des voitures, bateaux où maisons, abandonnés, cassés ou rouillés. En introduisant une dimension entropique, Philippe Durand élargit sa critique de l'économie politique du signe et propose un art réaliste centenaire.


Vue d'exposition

En relation