Fiche d'artiste


Sandrine Elberg * 1978 à Versailles, vit à Paris and Issy-les-Moulineaux

« Sandrine Elberg expérimente la consistance même du médium photographique, en déclinant ses possibilités techniques et esthétiques. Une part considérable de son travail consiste à intervenir sur ses images. Elle intervient sur les négatifs par réaction chimique, voire thermique, et elle joue avec l’altérité des matrices soit en positif, soit en négatif comme support de création. Influencée par les surréalistes, elle crée sciemment des photogrammes et des images solaris [...]

« Sandrine Elberg expérimente la consistance même du médium photographique, en déclinant ses possibilités techniques et esthétiques. Une part considérable de son travail consiste à intervenir sur ses images. Elle intervient sur les négatifs par réaction chimique, voire thermique, et elle joue avec l’altérité des matrices soit en positif, soit en négatif comme support de création. Influencée par les surréalistes, elle crée sciemment des photogrammes et des images solarisées. On perçoit d'emblée une fascination pour les environnements cosmiques. Les étendues désertées qui donnent sur des ciels noirs évoquent des paysages lunaires ; les agglomérations de poussière ou les myriades de particules brillantes, réparties de façon chaotique dans les différentes compositions, sont semblables à des astres qui s'agitent sans bruit dans l'espace. Les fragments rocailleux, quant à eux, paraissent solitaires et aériens, comme frappés d'apesanteur. » Cité d’après la préface de Julien Verhaeghe publiée dans la monographie Cosmicen 2018.

En relation