Fiche d'artiste


Invisible Borders * 2009 à Afrique, vit à Nigéria

C’est en novembre 2009 qu’un groupe de dix photographes, cinéastes et écrivains entreprenait un voyage dans un bus de location entre Lagos et Bamako, capitale du Mali. Le but était de présenter à l’issue du voyage une documentation artistique destinée à la Biennale africaine de la photographie qui se tenait à Bamako. En apparence, la globalisation semble faciliter la mobilité des Africains, mais ceux qui se déplacent comme l’ont fait les membres de « Invisible Border » d [...]

C’est en novembre 2009 qu’un groupe de dix photographes, cinéastes et écrivains entreprenait un voyage dans un bus de location entre Lagos et Bamako, capitale du Mali. Le but était de présenter à l’issue du voyage une documentation artistique destinée à la Biennale africaine de la photographie qui se tenait à Bamako. En apparence, la globalisation semble faciliter la mobilité des Africains, mais ceux qui se déplacent comme l’ont fait les membres de « Invisible Border » découvrent une autre réalité. Le collectif d’artistes a porté un regard critique sur les problématiques inhérentes à tout déplacement sur le continent africain par voie terrestre. En optant pour cette voie, ils ont contourné le passage souvent obligé par Paris de ceux qui voyagent en avion d’un point à l’autre de l’Afrique et ils ont aussi mis à l’épreuve le traité de libre échange ECOWAS de 1990. Mais leur voyage fut motivé par le souhait d’éprouver les « frontières invisibles » (invisible borders), des frontières qui ne correspondent à aucune spécificité géographique, mais qui ont été fixées par un service de planification et sont invisibles depuis un avion. La réalité du passage d’une frontière – l’humiliation, la bureaucratie, la corruption et la criminalité – ne se laisse expérimenter que par le voyage terrestre.

En relation